7 solutions alternatives pour supprimer les cotons-tiges

supprimer les cotons-tiges

Au sommaire de cet article

Comme chacun le sait, les cotons-tiges en plastique sont un véritable fléau pour la planète.

Polluants et dangereux pour la santé s’ils sont mal employés, il existe de nombreuses solutions de remplacement pour en finir avec le plastique et pouvoir continuer à se nettoyer les oreilles en toute sécurité.

Et sachez-le, le cérumen n’est pas notre ennemi, il a bien plus de vertus que vous l’imaginez !

À quoi sert le cérumen ?

Le cérumen est une cire naturelle qui se forme dans le conduit auditif au niveau de l’oreille externe.

Cette matière n’a rien de sale, elle est là pour protéger l’oreille de toute intrusion comme les insectes, les microbes et la poussière.


Son rôle est même essentiel puisqu’il permet la bonne transmission du son et il préserve la fine membrane du tympan.

Donc, la meilleure chose à faire est de retirer le cérumen visible de l’extérieur qui n’est pas vraiment esthétique, mais on ne récure pas ses oreilles de fond en comble pour autant.


Halte au coton-tige traditionnel !

Il existe deux raisons majeures pour lesquelles le coton-tige mérite d’être complètement abandonné :

Limiter sa consommation de plastique

Coton-tigeC’est un gigantesque pollueur qui se retrouve en milieu marin alors qu’il n’a rien à faire.

Certaines personnes continuent à jeter leurs cotons-tiges dans la cuvette des toilettes alors qu’ils devraient atterrir dans la poubelle des ordures ménagères destinées à être incinérées.

En effet, malgré les stations d’épuration qui jouent leur rôle de barrage, de nombreux bâtonnets en plastique arrivent à passer entre les mailles du filet.

Ils se retrouvent soit au fond de l’océan, soit dans le corps des oiseaux ou des animaux marins qui finissent par mourir d’une perforation de l’estomac ou de l’intestin après les avoir ingérés.

Au niveau mondial, le coton-tige fait partie du top 10 des déchets parmi les 8 millions de tonnes de plastique que l’on retrouve le plus sur la plage et dans la mer chaque année.

En France, les cotons-tiges en plastique sont interdits à la vente depuis janvier 2020 au même titre que les pailles et les couverts en plastique.


Limiter les irritations du conduit auditif

Conduit auditifLe coton-tige n’est pas forcément l’ami de nos oreilles. Beaucoup de personnes l’utilisent quotidiennement mais un excès d’hygiène peut être nuisible et provoquer des irritations du conduit auditif.

Contrairement aux idées reçues, garder un peu de cérumen dans les oreilles est bénéfique car il agit comme un lubrifiant qui protège le tympan et permet de faire partir les impuretés présentes dans les oreilles.

Les utilisations très fréquentes des cotons-tiges ont plutôt l’effet inverse de celui escompté au départ. Au lieu d’enlever le cérumen, ce dernier est repoussé de plus en plus loin dans le fond de l’oreille près du tympan.

D’où la présence d’un bouchon de cérumen accompagné d’une baisse de l’audition ou encore des irritations qui peuvent mener jusqu’à une otite externe.

Sans oublier les accidents où le tympan est perforé à cause d’un geste brusque et maladroit.


7 solutions zéro déchet pour remplacer les cotons-tiges

La disparition du coton-tige à usage unique ne nous a pas laissé démunis bien heureusement. Il existe des solutions variées pour continuer à se nettoyer les oreilles sans pour autant polluer la nature.

1. Le coton-tige en silicone réutilisable

Le coton-tige réutilisable se compose d’une tige en nylon et de pointes en TPE qui une sorte de caoutchouc thermoplastique à usage médical.

coton tige siliconeIl se présente dans un boitier en bambou bio.

Concrètement, cette alternative ressemble trait pour trait à un coton-tige classique hormis la pointe qui est en silicone souple avec des petits picots. L’usage est le même qu’avec un coton-tige jetable.

Coton-tige silicone

Les petites pointes sont conçues pour ramasser le cérumen à l’entrée du conduit auditif et pour nettoyer le pavillon de l’oreille en douceur. Le coton-tige réutilisable se nettoie à l’eau et au savon.

Il est prévu pour une durée de vie de 1000 utilisations. Autant dire qu’il est vite rentabilisé.


2. Le coton-tige en matière biodégradable

coton-tige bio dégradablePour les inconditionnels du petit bâtonnet, il existe des cotons-tiges dont la matière est biodégradable comme le papier, le carton ou le bambou.

Bien sûr, cette option vaut le coup à condition que le coton utilisé aux extrémités soit bio lui aussi.

Évidemment, le danger reste le même au niveau de la santé mais ce type de coton-tige a tout de même l’avantage de se dégrader sans polluer les fonds marins.

En adepte du zéro déchet, ces cotons-tiges ont bien sûr leur place dans le bac à compost après utilisation.

Coton-tiges biodégradable

Conçus sans bisphénol A, sans produits chimiques, ils sont vendus généralement par 100 unités et dans une boîte en carton recyclé. Le prix est compris entre 3 et 4 euros.


3. L’oriculi japonais

Comme son nom l’indique, ce petit objet de 10 cm de long est originaire du Japon.

Oriculi en bambou
Oriculi en Bambou de la marque ORINKO

Constitué d’une petite tige en bambou au bout recourbé, l’oriculi permet de récupérer le cérumen à l’entrée du conduit auditif et de nettoyer le pavillon de l’oreille.

Oriculi ORINKO

Manipulé avec précaution, il protège les tympans et diminue la formation de bouchons de cire, néanmoins, il ne doit en aucun cas être introduit directement dans le conduit auditif.

Dans une version plus moderne, il existe aussi en inox pour un usage illimité. Son entretien est très simple, il suffit de le passer sous l’eau claire ou de le nettoyer à l’eau savonneuse.


4. Le cure-oreille en métal

Avant l’avènement du coton-tige jetable, nos grands-mères se servaient déjà d’un cure oreille en métal.

Muni d’une tige en inox et de deux spatules au bout arrondi à chaque extrémité pour retirer le cérumen, le cure-oreille métallique a les mêmes fonctions que l’oriculi japonais.

Afin d’éviter les blessures, il doit être manipulé avec délicatesse et ne pas être enfoncé trop loin dans le conduit auditif.

Un nettoyage régulier avec un produit antiseptique est recommandé. Comptez entre 3 et 5 euros pour ce style de produit.


5. Le gant ou le carré lavable

Parfois, inutile de faire compliqué quand on peut faire simple surtout lorsqu’il s’agit de l’hygiène des enfants.

Un carré démaquillant lavable ou un gant de toilette que vous aurez humidifié est amplement suffisant pour enlever le cérumen présent au bord du conduit auditif et au niveau du pavillon de l’oreille.

Même si le fond de l’oreille n’est pas atteint, ce n’est pas grave car cette zone s’auto-nettoie toute seule en faisant remonter les impuretés vers l’extérieur.

Garder un peu de cérumen est bénéfique pour protéger les tympans des agressions extérieures.


6. La bougie auriculaire

Certes, le principe est écologique (bougie en cire d’abeille) et il peut être théoriquement utile en cas de bouchons de cérumen à répétition.

Toutefois, mieux vaut ne pas l’utiliser tout seul pour éviter les risques de brûlures.

La chaleur de la bougie auriculaire est censée ramollir le cérumen et le faire remonter dans le conduit auditif mais l’efficacité de ce type de procédé n’est pas réellement prouvée.


7. Les sprays auditifs et les poires auriculaires

Les sprays auditifs à base d’eau de mer ont pour but de ramollir le cérumen afin de pouvoir le récupérer en surface grâce à un petit mouchoir.

Ils ont cependant l’inconvénient de provoquer des irritations du conduit auditif si on les utilise trop souvent.

De plus, le contenant même s’il est recyclable, n’a rien de très écologique.

Les poires auriculaires permettent d’envoyer un jet d’eau tiède ciblé souvent pour faire remonter les bouchons de cérumen par effet de pression. Cependant, cette solution doit être ponctuelle car les tympans n’aiment pas trop les inondations à répétition.


Comment se nettoyer les oreilles sans danger ?

Un nettoyage des oreilles efficace et non invasif se réalise en quelques étapes :


1. Nettoyez l’entrée du conduit

Tout d’abord, nettoyez l’entrée du conduit auditif délicatement en utilisant un oriculi japonais ou une curette métallique pour décoller et enlever le cérumen.
N’enfoncez pas l’objet trop profondément et ne faites pas de mouvements brusques. Cela vous évitera d’abîmer vos tympans ou de griffer l’intérieur du conduit auditif.


2. S’attaquez au pavillon de l’oreille

Ensuite, on s’attaque au pavillon de l’oreille avec tous les petits sillons et la conque (c’est la partie en forme de coquillage où commence le conduit auditif).
Vous pouvez au choix utiliser un mouchoir en tissu humifié, un carré à démaquiller lavable, un gant de toilette ou même votre auriculaire propre.
Procédez par des mouvements doux qui vont de l’intérieur vers l’extérieur afin de récupérer les peaux mortes et autres impuretés qui sont en surface.


3. Séchez votre conduit auditif

Pendant la douche, il se peut que de l’eau entre dans votre conduit auditif. Vous rencontrez également ces situations en été lorsque vous vous baignez dans une piscine ou à la mer.
Aussi il est important de toujours bien sécher cette partie de l’oreille afin d’éviter une fragilisation de tympan, une baisse d’audition ou des otites. Cette zone n’est pas toujours facile à sécher.

Vous pouvez utiliser un petit mouchoir pour enlever l’humidité en penchant la tête pour faire ressortir l’eau.
Une autre solution consiste à utiliser éventuellement un sèche-cheveux à puissance minimale, pour éviter les brûlures et assécher l’intérieur de vos oreilles.


4. Limitez la fréquence de nettoyage

La fréquence du nettoyage des oreilles ne doit pas être quotidienne car vous feriez plus de mal que de bien.
Les médecins ORL conseillent un nettoyage une fois par semaine maximum et tous les 10 à 15 jours si vous produisez peu de cérumen.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *