La clef du bonheur : être en accord avec soi-même.

Avec légèreté, humour et bienveillance, Thomas d'Ansembourg vous explique comment vous êtes souvent maître en auto-sabotage de votre propre bonheur. 

La culpabilité, la honte, la colère, la frustration, votre rapport à vous-même, aux autres et à la vie compliquent votre quête de l'épanouissement. Thomas d'Ansembourg, orateur d'exception porte un nouveau regard sur l'image que vous vous faites du bonheur. Rapidement, grâce à cette aide précieuse, vous allez identifier et prendre conscience des pièges qui vous retiennent d'être radieux. 
"Être heureux n'est pas nécessairement confortable" est une conférence de deux heures durant laquelle, le thérapeute partage les clefs essentielles pour accepter d'être véritablement soi-même et de mener une existence comblée.


L'un des principaux freins au bonheur est l'importance donnée au regard de l'autre.

Le besoin de reconnaissance par les autres est devenu le talon d'Achille de l'épanouissement. Une constante mise à l'épreuve de la confiance en soi, basée sur une estime personnelle nourrie par la nécessité d'être aimé et d'être en accord avec autrui. Cela peut devenir un mécanisme, sans s'en apercevoir, qui résulte à s'oublier soi-même pour faire passer les besoins et le bonheur de l'autre en priorité. Un syndrome où l'individu n'est plus acteur de ses décisions vers son épanouissement, mais plutôt sur l'autoroute du conformisme et du "bien-faire" pour donner la priorité à l'harmonie globale.

Thomas d'Ansembourg traite ce sujet dans l'un de ces livres intitulé "Cessez d'être gentil, soyez vrai". Il explique à travers cet ouvrage illustré que l'individu oublie d'être lui-même afin d'être davantage reconnu et intégré par autrui. À tel point, qu'à ne pas s'écouter, il arrive tôt ou tard un point de rupture qui se traduit par le non-respect d'autrui. Il invite chacun de nous à prendre conscience de ce mécanisme. 

Et si c'était, l'incapacité de dire non à l'autre et la peur de le décevoir qui nuisaient considérablement au bonheur ? 

Pour y remédier, Thomas d'Ansembourg, ouvre les portes de la communication non-violente (CNV) pour apprendre à dialoguer sereinement avec autrui. Cette méthode est née aux États-Unis dans les années 60, elle favorise des échanges riches dans le respect de soi-même et de ses interlocuteurs. Elle permet de s'affirmer habilement et d'exprimer son ressenti à l'autre sans avoir la peur de le blesser ou d'être jugé. Au travail comme en famille, la CNV est un outil précieux pour désamorcer les conflits, une pratique idéale pour accompagner le changement en entreprise.


La communication non-violente est une véritable aide pour entreprendre votre vie telle que vous souhaitez la réaliser. Grâce à ce savoir-faire, vous allez travailler sur votre développement personnel. Vos habitudes vont changer, vous ne ferez plus en fonction des autres, de votre conditionnement familial et culturel. Vous serez libéré de tous jugements et vous saurez exprimer vos sentiments de façon plus claire et précise. La CNV va vous permettre de mieux vous connaître, d'identifier vos besoins intérieurs afin de mieux communiquer avec autrui. Apaisante, elle est la réponse à vos frustrations et vos colères. 

La communication non-violente est un outil efficace pour trouver la sérénité dans le rapport à l'autre. Ce n'est pas seulement un langage, mais aussi une façon de penser. Elle s'accorde particulièrement bien avec l'art de vivre danois qui conduit au bonheur : le Hygge

Vous souhaitez faire sauter les cadenas et prendre votre liberté vers l'épanouissement, préparez-vous une boisson chaude, éteignez votre téléphone, installez vous confortablement et profitez de deux heures de vidéo qui vous éclaireront pour trouver la paix intérieure

 

Rédigé et publié par Léna le 03/11/2017 sur le blog lecaninole.fr